Accastimer : la caverne d’Ali Baba

Accastimer © Cécline Hoynant

Quand on cherche un produit chez Accastimer, on le trouve. Cette institution, installée aux abords de Lorient, recèle des trésors. La poulie vintage et la chute de durite y côtoient la paire de winches neuve.

Photos : Cécile Hoynant, Fx de Crécy.
Texte : Cécile Hoynant.

Avis aux lecteurs : ne poussez pas la porte d’Accastimer si votre intention est juste d’y faire un tour de reconnaissance. Difficile de ne pas céder à la tentation ! Des bonnes affaires, on en déniche à chaque coin de rayon : guindeaux électriques, propulseurs d’étrave, feux de navigation, pompes de cale, hélices, annexes, kayaks, remorques, poulies, voiles… Du matériel neuf par exemple, affiché 30% en dessous des prix catalogue des shipchandlers. Des prix tellement cassés qu’un client a un jour soupçonné Bruno Hellegouarch, le gérant, de vendre des copies chinoises :

« Nous avons déjà raté des ventes à cause de prix trop bas : ça paraît louche ! », nous raconte-t-il. Des cartons tombés du camion ? Non plus ! Enfin, c’est arrivé une fois. Un client est tombé sur son moteur volé plusieurs années auparavant et qui avait été mis en vente par une personne naïve mais tout à fait honnête. Alors, si ce ne sont ni des chinoiseries ni le fruit de transactions illégales, d’où viennent les produits ? Accastimer rachète les fins de série des équipementiers qui ont fait trop de stock, ou du matériel déclassé, tout à fait fonctionnel mais avec un petit défaut d’aspect.

Le magasin se fournit également auprès des chantiers qui se débarrassent des pièces légèrement abîmées au montage : le panneau de pont malencontreusement rayé par un coup de tournevis est un classique du genre. On trouve aussi chez Accastimer du matériel d’occasion. Le dépôt-vente était d’ailleurs le cœur d’activité au démarrage de l’entreprise. Bruno s’est lancé en 1988. Il avoue avoir tout bonnement copié Ecomer à Vannes.

accastimer

Il y a deux ans, Accastimer pratiquait encore le dépôt-vente de bateaux : ce n’est plus le cas.

« Le patron n’était pas très content. Il avait même interdit à des fournisseurs de faire affaire avec moi ! Tout ça c’est de l’histoire ancienne, on s’entend très bien aujourd’hui » s’amuse Bruno. Lui aussi a ensuite dû se plier au jeu de la concurrence. Un ancien employé avait notamment monté sa propre affaire à Port-Louis. Mais Accastimer n’a jamais vacillé et a même racheté, à plusieurs reprises, le stock d’entreprises concurrentes qui ont mis la clé sous la porte. Le secret de Bruno ? La négociation. C’est son dada. Pourtant il ne connaissait rien au commerce. Fils d’ouvrier et ouvrier lui-même, il travaillait à l’usine et a monté l’affaire avec un collègue, avec qui il s’est associé. Leurs primes de départ pour unique et maigre capital : « Mon associé avait plus ou moins la casquette de gestionnaire et s’occupait de la paperasse. Moi j’étais plutôt filou pour acheter et vendre ».

Une affaire de famille

Aujourd’hui, Bruno travaille en famille avec son fils Jean-François et sa fille Anne, en charge de la caisse mais aussi du coin pêche, une spécialité qui attire à Accastimer une clientèle de passionnés. Au mur, derrière la caisse, est affichée une photo d’Anne et de Jean-François gamins, équipés du fameux gilet de sauvetage orange, la mine réjouie et polissonne. Un moment immortalisé sur le Storm familial, un antique Jeanneau de 8 m. Bruno ironise sur ses talents de navigateur : il n’a pas plus franchi le cap Horn qu’il n’a fait HEC.

accastimer

Bruno Hellegouarch et son fils Jean-Francois. En arrière plan la photo des enfants lors d’une navigation en Storm.

Peu importe, tout le monde a mis son grain de sel. Le père de Bruno était souvent réquisitionné pour du menu bricolage. Il avait également l’oeil pour repérer les voleurs : un talent caché qui valait au chapardeur démasqué de se faire passer un savon en public par Bruno. Mais on n’arrête pas le progrès et pour endiguer les vols, véritable fléau, Accastimer est désormais équipé d’un système de vidéosurveillance avec un grand écran qui pourrait retransmettre les matches de foot de Ligue 1.

Quand on demande à Bruno si ce n’est pas trop dur de travailler en famille, il botte en touche. Comme pour tout sport d’équipe, il faut cultiver un bon esprit entre les joueurs et respecter les décisions de l’arbitre. Si les enfants sont à l’aise sur le terrain, c’est qu’ils ont quelques heures de pratique dans les pattes. Les vacances ont souvent fait office d’entraînement : à force de traîner dans le magasin, Anne et Jean-François se sont formés sur le tas !

Un entrepôt plein à craquer

A l’époque des débuts, Accastimer achetait tout, même la moindre manille. Bruno passait des après-midi entiers à noircir des pages avec des lignes de pièces hétéroclites – « des trucs à 5 ou 10 francs » : accastillage et visserie en tout genre, annexes, bossoirs, livres, casiers de pêche, pare-battage, extincteurs, bâches… Aujourd’hui, plus de 6 600 déposants sont recensés. Dont certains, sûrement décédés, ne sont jamais venus réclamer leur argent à la boutique !

Mais l’activité de dépôt-vente bat de l’aile à cause du développement des circuits comme Le Bon Coin. Les plaisanciers n’ont plus besoin d’un intermédiaire pour vider leurs coffres. Aujourd’hui, Bruno et Jean-François ne s’embarrassent pas des kilos de petits accessoires. Au lieu d’être jetés, ils sont déposés dans une caisse à l’entrée du magasin. Les clients sont invités à se servir. Les habitués ne dérogent pas à leur petit rituel de fouille et y trouvent toujours une bricole arrachée à son funeste destin : la décharge ! Les comportements ont également changé du côté des professionnels.

Les équipementiers gèrent plus leur stock en flux tendu et les chantiers réfléchissent à deux fois avant de déclasser du matériel. Mais personne n’est à l’abri d’une erreur de stock et le magasin est toujours très bien achalandé. Sans compter l’entrepôt de 240 m2, qui est plein à craquer. Les lots de produits neufs ou déclassés sont trop importants pour que tout soit exposé.

Accastimer gagne en notoriété

L’avantage de « faire du volume » est de pouvoir tirer les tarifs vers le bas. Ce qui n’est pas toujours possible. C’est le cas du matériel de sécurité, que les shipchandlers achètent en quantités énormes. S’ils ne parviennent pas à être moins chers, Bruno et Jean-François essaient systématiquement de s’aligner sur les prix publics des shipchandlers. Ils travaillent aujourd’hui avec environ vingt-cinq fournisseurs réguliers, français mais aussi espagnols et allemands.

Certains sont des partenaires historiques comme Jeanneau, Bénéteau, Plastimo ou FOB. Presque tout se fait par internet, photos et listing à l’appui. Seuls les allers-retours entre Plastimo et Accastimer sont toujours d’actualité, car c’est la porte à côté. Il est bien loin le temps où Bruno sillonnait la France en long, en large et en travers : des milliers de kilomètres pour rapatrier à Kervignac des lots de matériel, après avoir écumé les pages de l’Annuaire du Nautisme et appelé les chantiers au culot.

accastimer

Besoin d’un espar ? D’une durite, un réservoir, un safran ? Allez fouiner sur le terre-plein…

Petit à petit, Accastimer s’est fait un nom et un réseau, via le bouche-à-oreille quasi exclusivement. Bruno n’a jamais fait grand cas de la publicité. Il compte pour cela sur les ondes de « radio ponton » qui portent très loin, jusque dans le sud de la France ! Il n’est pas rare que des clients, trop heureux d’avoir trouvé chaussure à leur pied sans se ruiner, rappellent systématiquement avant de se lancer dans l’achat d’un produit neuf.

D’autant qu’Accastimer expédie partout en France et même à l’étranger. Prochain objectif pour Bruno : la retraite, dans deux ans. Mais pas de panique, la caverne d’Ali Baba ne fermera pas ses portes. Jean-François reprend logiquement le flambeau familial.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.