Jean-Pierre Kelbert vous présente le futur JPK 1030

Jean-Pierre Kelbert par F. Van Malleghem

 

Jean-Pierre Kelbert est le patron du chantier JPK et concepteur, avec son compère et architecte Jacques Valer, d’une lignée de bateaux de régate qui ont tout gagné. Il confie ici sa réflexion sur la polyvalence des bateaux et des carènes qui a présidé au développement du nouveau JPK 1030. Passionnant.

” Depuis la dernière Transquadra, course statistiquement disputée à 80 ou 95 % au portant il est clairement apparu que battre un bateau radical comme le Bepox 990 était juste impossible avec un bateau “polyvalent” type JPK 1010 ou 1080, voire SunFast 3200 ou 3600. Mais peut-on gagner un Fastnet, un Spi Ouest-France ou une Duo Catamania avec le Bepox ? La réponse est non car le bateau est aussi performant dans ses conditions favorites (brise en dessous du travers) que peu compétitif dans les autres compartiments du jeux. Or clairement, les amateurs de course en double, solo ou équipage réduit ont un programme large qui englobe toutes ces courses complémentaires et passionnantes.

” JPK ne peut pas faire un bateau spécifique Transquadra “

Voilà pourquoi un chantier comme JPK ne peut pas faire un bateau spécifique Transquadra. En revanche, il est possible de faire un super bateau d’équipage réduit qui restera polyvalent… Avec une contrainte forte cependant :  faire mieux que le JPK 1010 qui gagne à la fois ses courses en équipage ( spi ouest, SNIM + les trois autres épreuves du circuit Med, Commodores Cup, championnat d’Europe IRC, 3 championnat RORC…), la Transquadra en double et solo (4 fois), la Fastnet Race en double, La Duo Catamania (3 fois) … Le palmarès est complètement dingue !
Pour faire mieux, il faut donc radicaliser légèrement le dessin et sacrifier un peu de polyvalence. C’est le principe du JPK 1030, qui sera plus efficace en équipage réduit mais moins à l’aise autour de trois bouées que le JPK 1010.

” un creux de carène qui favorise le départ au planning “

L’idée est  de faire un bateau assez puissant mais sans trop de surface mouillée, avec un creux de carène qui favorise le départ au planning, un bateau relativement léger qui sauve son rating avec une juste adéquation entre les surfaces de voile et la surface mouillée. Mais comment compenser le déficit de puissance au reaching, dû à une flottaison plus étroite ? En jouant sur la capacité de la carène à planer gîté, mais aussi en compensant par des ballasts aujourd’hui peu taxés en IRC.

Jacques Valer est un architecte gourmand : il veut faire un bateau capable de gagner sur tous les formats de courses en double. Et il va y arriver !”

 

 

4 thoughts on “Jean-Pierre Kelbert vous présente le futur JPK 1030

  1. Alex dit :

    Bonjour,
    Vu l’expertise accumulée…à quand un petit JPK 6.5??? 😉
    Une classe animée, quasi incontournable, et réputée pour être une pépinière.
    Moi en tous cas…ça me ferait bien rêver de les voir débarqueren 6.5.
    Alex

    1. FXdC dit :

      Pourquoi pas en effet ? En même temps, cela ne va pas de soi car l’expertise du chantier et de Jacques Valer est clairement sur la jauge IRC, et sur la croisière (gamme FC) par ailleurs. Mais le Mini, c’est un peu un autre monde encore… mais vu le talent du tandem, tout est possible (:

      1. Alex dit :

        On commence gentiment avec un 6.5 et on finit avec un moule d’Imoca pour le Vendée et la Volvo LOooooOL

  2. Jean Louis Villain dit :

    Encore un beau bateau en perspective pour la regate,
    a quand un petit frere dans la gamme FC au 38; dans les 34/35 peids pour de la croisiere en equipage reduit et pour des budgets un peu plus accessibles ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *