Tara Expéditions se finance (un peu) grâce à l’océan

 

La fondation Tara Expéditions peine a récolter les fonds nécessaires à financer ses expéditions scientifiques. Une fois n’est pas coutume, la fondation fait preuve d’imagination et met l’énergie de l’océan à contribution. Une turbine hydraulique a été placée en Bretagne. Cette turbine peut convertir l’énergie du courant en électricité, une énergie qui peut alimenter un ordinateur, capable de sécuriser des transactions en Bitcoin (une, si ce n’est LA cryptomonnaie). Or chaque transaction génère de l’argent, et cet argent est réinvesti dans la recherche sur les océans. Malin, n’est-ce pas ?

 

Tara Ocean Miner

 

Malin, reste que cette installation, baptisée Ocean Miner, ne suffira pas à couvrir les besoins de la fondation. La preuve : en un mois, ce système a permis de collecter près de 0.0015414 BTC/jour, soit 200 €/mois. Il faudrait multiplier les turbines ou… se dire que cette campagne astucieuse est un moyen de faire parler des projets de Tara et de se mobiliser pour les aider à financer leurs recherches. Alors par ici le  coup de pouce financier ou pourquoi pas le coup de coude, car si l’océan peut le faire, pourquoi pas nous ?

 

Après Tara Océans entre 2009 et 2013, Tara Méditerranée en 2014, la goélette s’est élancée en 2016 à l’assaut du Pacifique, de ses fonds et de sa faune. Elle a navigué, entre 2016 et 2017, du canal de Panama à l’archipel du Japon, puis de la Nouvelle-Zélande jusqu’à la Chine. L’objectif était de poursuivre l’observation et l’étude de l’évolution des récifs coralliens, particulièrement affectés par le réchauffement climatique. Prélèvements d’échantillons, observations, études de la biodiversité mais aussi sensibilisation pédagogique sur ces enjeux environnementaux, Tara Expéditions est sur tous les fronts.

Suivez l’actualité de la fondation et le parcours de la goélette par ici oceans.taraexpeditions.org



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *