Le charme des vieux catalogues d’accastillage

Les vieux catalogues d'accastillage comme ceux édités par Pascall Atkey

 

On tourne précautionneusement ses pages jaunies, avec délectation, en s’immergeant dans un passé. Un passé où Franck Beken voyait passer devant les fenêtres de sa pharmacie les Shamrock, Westward, Britannia, White Heather avant de les immortaliser sur les eaux du Solent sur les plaques de verre de sa chambre photographique. Ce livre à remonter le temps, ma dernière trouvaille : un catalogue relié de près de 500 pages dont la première page intérieure porte un nom célèbre, Pascall Atkey & Son, Ltd, Cowes. Aux assidus de la Semaine de Cowes, ou aux anciens de l’Admiral’s Cup, ce nom doit rappeler des souvenirs. Sans doute, comme moi, ne manquaient–ils jamais une occasion d’emprunter High Street, la rue principale de Cowes, avant de pousser les portes du numéro 30.

 

Dans les années 1980-90, il se voulait le temple de l’accastillage et du vêtement de mer où l’on était assuré de dénicher la bonne affaire dans ce lieu au charme suranné dévolu au Yachting. Il reste que ce catalogue, ponctué de quelques modifications de prix apportées à la plume, va plus loin dans le temps, jusque dans les années 1930. Une époque où cette respectable institution créée en 1799 proposait des dizaines et des dizaines de modèles de cuisinières de yachts capables d’occuper près d’une quarantaine de pages du catalogue. Pour tout vous dire, j’adore ces catalogues d’accastillage où les équipements sont représentés dessinés à la plume.

 

En France, Métayer ou la Flotte Française ont édité de petits chefs-d’œuvre tandis qu’en Grande-Bretagne, John Davey, Simson Lawrence ou J. Stone & Company Limited offraient sur papier glacé de quoi équiper un bateau de la quille à la tête mât, de la petite cuillère jusqu’au meuble de toilette en acajou ou en teck. De là à refuser le progrès, ce serait mal me connaître. On trouve tout dans les catalogues d’aujourd’hui, accompagnés de conseils et de photos en technicolor. Mais sans doute y manque-t-il un soupçon de charme. Autre temps, autre époque.

Les vieux catalogues d'accastillage comme ceux édités par A. Métayer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.