8 innovations pour relancer le Nautic

Salon Entree_small

 

Le Salon nautique, on l’a dit et répété ces dernières années, Alain Pichavant_Thib Desplats2_smallpeine à enrayer un lent déclin lié à la crise de 2008, à la concurrence du Boot de Düsseldorf mais aussi, plus globalement, à l’évolution du ou des modèles économiques de la plaisance. Mais à la FIN on l’affirme, les choses vont changer. Pourquoi ? D’abord parce qu’Alain Pichavant (photo ci-contre), le Commissaire général du Nautic, a désormais les mains libres. Rappelons que le contrat qui liait la FIN à Reed pour l’organisation du Nautic, a été dénoncé en fin d’année dernière. C’est à présent une structure dédiée nommée Nautic Festival, filiale à 100% de la FIN, qui s’occupe du salon avec sensiblement la même équipe, laquelle a simplement changé d’employeur. Ensuite parce que le Nautic, autrefois premier salon nautique indoor au monde, doit impérativement inverser la tendance et afficher de nouvelles ambitions.

  • Premier constat, alarmant : les exposants présentent de moins en moins de bateaux à la porte de Versailles, et en particulier de moins en moins de voiliers. Il faut y remédier, car les études le prouvent, ce sont précisément ces derniers qui attirent les visiteurs (y compris les non-pratiquants). Une première mesure commerciale, toute simple, a donc été prise par Nautic Festival : pour tout chantier qui décide d’exposer un bateau de plus que l’an dernier, la surface d’exposition est offerte par le Nautic. Au moins, c’est du concret !
  • Deuxième constat : le format du salon n’est plus forcément adapté à un secteur qui tend à se détourner de la propriété pure et simple au profit de la multipropriété ou le partage d’usage. Pas simple ! Car du coup, les visiteurs sans intention d’achat n’osent souvent pas visiter les bateaux sur les stands. A ces visiteurs timides, le Nautic va proposer plusieurs voiliers en accès libre, des bateaux mis à disposition par des chantiers mais présentés hors espace commercial.
  • Troisième constat : il faut renouveler le public traditionnel, faire venir de nouveaux visiteurs et les accompagner dans leur visite. L’une des mesures proposées par Nautic Festival est d’envoyer des invitations aux quelque 60 000 personnes qui ont passé leur permis bateau dans l’année. Ce sera fait si les tractations en cours avec le ministère concerné aboutissent. Un espace coaching, animé par une dizaine d’hôtes et hôtesses sera mis en place à l’entrée du Nautic pour proposer aux visiteurs un parcours adapté à leurs envies, parcours qu’ils pourront ensuite suivre grâce à une application dédiée.

A noter également dans les innovations en vue au prochain Nautic : un espace dédié à la LOA (Location avec option d’achat, ou leasing), avec quelques bateaux (à moteur) sur lesquels plusieurs simulations de financement seront proposées, et un espace dédié à l’entretien et à l’hivernage du bateau – avec démonstrations techniques à l’appui. De façon générale, Nautic Festival va s’employer à faciliter la vie des exposants en faisant l’interface entre eux et les multiples prestataires du salon (mobilier, plantes, gardiennage, réseau Wi-Fi, lumières…). Pour chacun de ces services, l’exposant devait s’adresser à un prestataire désigné par Reed (dans le cadre d’un contrat groupe), il n’aura désormais plus qu’un interlocuteur. Et, soit dit en passant, les prestataires en question vont pouvoir être mis en concurrence, ce qui n’avait pas été fait depuis des années… En outre, les autorisations de vente à emporter seront élargies, notamment dans la glisse et pour les fabricants de vêtements techniques qui pourront ainsi équilibrer un peu leur budget Salon… Enfin, le Nautic Cafe laissera place à un nouvel espace convivial et festif installé sur… une plage ! On pourra bel et bien y boire un coup les pieds dans le sable, à deux pas du grand bassin du Village de la glisse. Sympa, non ?

Ces différentes mesures, issues d’une concertation menée avec 170 exposants, sont naturellement bien reçues par la profession. Souhaitons qu’elles relancent notre salon national qui rêve de reconquérir sa place de leader continental. Elles représentent le cap que compte suivre la FIN pour les trois prochaines années. Ensuite, la donne changera sensiblement avec la destruction des halls 2 et 3 du parc des Expositions. Il faudra alors sans doute renoncer au hall 1, le seul où l’on puisse mâter les bateaux… Mais c’est encore une autre histoire. Et l’occasion de rappeler que le Nautic parisien est à ce jour le seul salon nautique indoor à présenter des voiliers de grande taille avec leur vraie quille et leur vrai mât.

Elan GT5 vue gene_small

Si un chantier comme Elan expose un bateau de plus au Nautic 2017, il ne paiera pas la surface d’exposition supplémentaire.

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>