La Whitbread en deuil

Scan10023C’est une figure historique de la course autour du monde en équipage, la fameuse Whitbread, qui s’est éteinte cette semaine. Cornelius, alias « Conny » van Rietschoten a marqué l’histoire de la course au large en remportant la Whitbread à deux reprises, lors des éditions 1977-78 et 1981-82. Il reste encore à ce jour le seul à avoir remporté deux fois cette épreuve et c’est également le seul skipper hollandais à avoir inscrit son nom au palmarès. Logiquement surnommé le Hollandais volant par ses adversaires, ses bateaux s’appelant Flyer, il a participé à la professionnalisation de la course au large, en faisant dessiner et construire des bateaux spécifiquement pour une course mais aussi en travaillant beaucoup sur la préparation du matériel, y compris des équipements personnels à une époque où les cirés n’offraient ni la même protection ni le même confort qu’aujourd’hui. Et puis Conny n’hésitait pas à s’entourer d’un équipage très international. C’est ainsi qu’à bord de Flyer II, on trouvait un certain Grant Dalton ou encore le Français Daniel Wlochovski qui occupait le poste de navigateur. Il revient avec nous sur une personnalité hors norme.

Flyer NavigatoriumVoile Magazine : Quel souvenir  garderez-vous de Cornelius ?

Daniel Wlochovski : Je souhaiterais d’abord rappeler que Conny a signé dans la Course autour du monde un exploit jamais renouvelé. A deux reprises, en 77/78 et en 81/82, il a remporté, la première fois sur un plan de Sparkman et Stephens, la seconde sur un plan Frers, la course autour du monde. Du jamais vu, d’autant qu’en 1981, on a remporté les quatre étapes en temps réel et en temps compensé. Cornelius fut avant tout un formidable chef d’orchestre. Il avait des talents d’organisateur. Dans les deux éditions, il avait su parfaitement bien s’entourer en engageant un équipage composé en majorité d’Anglo-Saxons. C’est vrai qu’il était beaucoup plus âgé que nous, dont la moyenne d’âge tournait autour de 30 ans. Mais il était très abordable. Il savait déléguer et vous apportait sa confiance. Dans la première étape, Portsmouth-Capetown, en temps que navigateur je lui soumettais mes grandes options de navigation. Par la suite, je décidais pratiquement seul. A bord, il était hors quart, disposait de sa propre cabine – petite – mais il adorait barrer, surtout au portant. Ce qu’il a souvent fait dans l’océan Indien, un peu moins dans la troisième étape du Pacifique. A terre, aux escales, il avait une vie sociale, différente de la nôtre. N’empêche ! C’était un compétiteur. Il s’était fixé un challenge. Remporter la Whitbread en temps réel et en temps compensé. Ce qu’il a fait. C’était la raison de son second engagement.

Comment  l’avez-vous rencontré ?

D.W. : C’est dans la deuxième édition de la Whitbread (77/81), j’étais équipier sur Pen Duick VI, que j’ai d’abord fait connaissance à Rio de l’équipage du premier Flyer, un ketch en aluminium construit chez Huismans. Puis, à bord, j’ai participé à la Course des Epices, avant de me faire engager sur le projet du maxi également construit chez Huismans. En fait, j’ai suivi sa construction, j’étais ingénieur ENSM (Ecole nationale supérieure de mécanique) avant de participer à une longue période d’essai qui nous a menés jusqu’aux Etats-Unis. Durant cette période, le Britannique Roy Mullender était le navigateur. Il a été débarqué. J’ai pris sa place.

Connie van Rietschoten et Daniel Wlochovski dans le cockpit de Flyer II

Conny van Rietschoten et Daniel Wlochovski dans le cockpit de Flyer II.

Pourriez-vous résumer en quelques mots la personnalité de Cornelius ?

D.W. : Par certains côtés, on pourrait le comparer à un autre grand acteur de la Whitbread, le Français André Viant. Il appartenait à cette génération de gens aisés qui ont tout fait pour mener à bien leurs projets sportifs. Pour réaliser leurs rêves. Aujourd’hui, à l’annonce de son décès, avec tous ses anciens équipiers, on n’arrête pas de communiquer comme si sa disparition avait resserré nos liens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *