T’es qui toi ? T’y vas ou pas?

La mauvaise nouvelle du jour c’est la non participation de Fruit à la Barcelona World race. Une info qui est tombée hier soir (mardi 21 dec.). Le bateau (ex-PRB, ex-Roxy) déjà deux fois vainqueur du Vendée Globe ne répondrait pas à la dernière définition de la jauge Imoca et par ailleurs ne serait pas arrivé à Barcelone dans les temps. En cause, la puissance de son moteur selon le communiqué publié par les organisateurs de la course.Mauvaise pioche pour Armand dont nous saluons l’arrivée sur une scène médiatique propre à l’emmener vers une participation au Vendée. Allez, on ne retire rien de ce qu’on a écrit :

Lui c’est Armand Coursaudon et il sera dans quelques jours au départ de la Barcelona World Race. Donc, les deux lettres qui ornent sa belle chemise ne signifient pas America’s Cup, ce sont simplement ses initiales. Armand n’est pas encore très connu du grand public mais ce n’est pas faute d’expérience. Jugez plutôt : il était déjà au départ de The Race, la course autour du monde en multicoques géants organisée par Bruno Peyron en 2000-2001. Et il a participé à la chasse au trophée Jules Verne en compagnie d’Olivier de Kersauson…

Autant dire qu’il a déjà repéré le parcours de la Barcelona d’assez près. Côté régates, Armand a tâté du Class America. A Valence il était présent à bord du défi chinois. Nous avions aussi croisé ce balèze sympathique en régate à Cannes sur le 12 M JI Challenge Twelve. Le baroudeur s’amusait à cacher son expérience derrière une pointe d’humour et des questions ingénues. Il faut dire que ce skipper professionnel a toujours aimé les beaux bateaux et s’est souvent vu confier la barre des plus majestueux yachts classiques. Mais il aime au moins autant les performances des voiliers modernes les plus extrêmes : il a navigué sur l’Hydroptère comme sur Mari-Cha IV et n’a pas hésité une seconde à rejoindre le Polonais Krzysztof Owczarek lorsque ce dernier lui a proposé de co-skipper le 60 pieds Fruit sur le parcours de la Barcelona. Fruit n’est autre que le seul bateau qui ait déjà remporté deux fois le Vendée Globe. C’était sous le nom de PRB, une première fois avec Michel Desjoyeaux en 2001 puis avec Vincent Riou en 2005. Après un troisième Vendée skippé par Samantha Davies, le plan Finot-Conq repart donc pour la quatrième fois autour du monde. Peut-il encore rivaliser avec les bateaux les plus récents ? La réponse est oui, sans hésitation pour Armand : « Sur une course aussi longue, en équipage réduit, il n’y a pas que la performance pure » explique-t-il, « tout peut arriver et je ne pars pas perdant. Sinon je ne prends pas le départ ». Il est comme ça, Armand, pas du genre à accepter de jouer en deuxième catégorie. Il y va crânement et ne laissera personne lui piquer son vent. D’ailleurs il n’a pas l’intention d’en rester là. Après la Barcelona, il vise clairement une participation au prochain Vendée : il a déjà des vues sur un bateau récent. Bientôt, on ne pourra plus lui demander : t’es qui toi ?